Label Pince-Oreilles
Bonton de lecture de la musique Bouton d'arrêt de la musique
Collectif Pince-Oreilles
FREN

Blast - Concert dessiné



CONCERT DESSINÉ


Un univers en interaction spontanée entre l'image et la matière sonore, né de la rencontre entre les musiciens du trio Blast et les dessinateurs Benjamin Flao et Coline Llobet.



À la fois théâtral et imprévisible, ce concert dessiné est à la croisée de différents genres musicaux (jazz, rock, pop et musiques électroniques) et directement inspiré par le dessin.

Les histoires sont racontées par la musique mise en image pour un spectacle universel et accessible à tous.

"La musique nourrit les images qui nourrissent la musique et ce mouvement perpétuel crée une planche de bulles sonores, le temps d’une histoire du soir ; de celles qui s’impriment et restent. Le public venu nombreux a été conquis par la force et la beauté de ce concert à regarder."
Raphaël Benoit - Citizen Jazz

"Une création à la conjoncture entre les dessins de Benjamin Flao et la musique hypnotique de Blast.
On pourrait parler d'un quatuor tant musiciens et illustrateur jouent la même partition avec les instruments qui leur sont propres."

Claire Jalmain - Jazz-Rhone-Alpes

"Le public jeune, mixte et enthousiaste a été subjugué : une véritable expérience sonore et visuelle!"
Patrick Ducher - Ciné Artscène


Création co-produite par le Collectif Pince-Oreilles et le Périscope de Lyon
Avec le soutien du CNV et de la Drac Auvergne-Rhône-Alpes


   Collectif Pince-Oreilles   Le Périscope CNV   DRAC


Benjamin Flao : dessin
Coline Llobet : dessin
Pierre Horckmans : clarinettes, effets
Guillaume Bertrand : batterie, sampleur
Anne Quillier : Rhodes, Moog

+ Matthieu Ribun : son
+ Benjamin Thielland : lumières


rss vimeo youtube calendrier @

critique


L'Anticapitaliste - Jazz à Barraux le 29 mai 2019
Publié le 5 juin 2019

"C’est une rencontre qui coule de source. Le trio de jazz électrique Blast revendique l’influence de la bande dessinée, au point d’avoir tiré son nom de l’album culte de Manu Larcenet et de rendre régulièrement hommage en musique à Pascal Brutal, le héros improbable de Riad Sattouf. De plus, les nombreuses voix off émaillant ses disques montrent son goût pour les récits, s’il était besoin de guider l’auditeurE plus loin dans des paysages instrumentaux déjà évocateurs. De son côté, Benjamin Flao, flèche montante de la BD hexagonale, a également réalisé de nombreuses pochettes de disques et affirme une approche musicale dans son geste créatif.
Collaboration pluridisciplinaire réussie
Le concert dessiné qui les réunit est un exemple de collaboration pluridisciplinaire réussie, n’étant pas seulement – c’était le piège – une juxtaposition de deux discours parallèles. Ils ne sont pas placés de part et d’autre de l’écran comme habituellement lorsque des musicienEs sont en présence d’images projetées. Ici le groupe y fait face, assumant de tourner le dos au public et de délaisser à cette occasion ses compositions les plus construites pour s’inspirer librement des dessins en construction qu’il découvre en même temps que nous.
Pendant le titre Forbidden planet, on se dit que les performances de Pink Floyd et de Soft Machine à Londres en 1967, accompagnés d’un light show psychédélique, devaient ressembler à ça. Flao joue avec les couleurs mais aussi avec les textures, faisant se mouvoir en rythme des nébuleuses cosmiques... à moins que ce ne soit une bataille de molécules... 
Mais ne citer que ce moment du spectacle serait insuffisant et passerait injustement sous silence l’exceptionnelle maîtrise du dessinateur. Par une étonnante économie de mouvements, il déroule devant nos yeux des scènes déroutantes et fortes, des paysages désertiques que l’on imagine post-apocalyptiques. Sont mis en scène des animaux inconnus ou des tribus anthropomorphes, dans des histoires dévoilées par étapes, improvisées mais non dénuées de coups de théâtre et d’humour.
En matière de maîtrise, Blast n’est pas en reste. Si le dispositif semble aussi relativement épuré (clavier, clarinette, batterie), la palette sonore paraît infinie, chacunE poussant son instrument à ses limites, autant dans les tessitures que dans les styles de jeu et les traitements électroniques, mais préservant toujours la musicalité. Formidables musicienEs au nombreux projets parallèles, celui-ci se distingue des autres en étant celui qui s’avance le plus loin du jazz vers le rock et l’électro, tout autant poétique qu’énergique, à la fois sensible et exaltant. Et, si autant d’improvisation retient un peu ces interprètes de nous montrer ici toute l’étendue de leur talent de composition, nous ne manquerons pas de nous procurer leurs disques , histoire de ne pas oublier que Benjamin Flao et Blast peuvent aussi se déguster séparément."

Benjamin Croizy




critique


Jazz-Rhone-Alpes - Jazz à Barraux le 29 mai 2019
Publié le 29 mai 2019

"Inspirés dès la première heure par les dessins torturés de « Blast » , le trio s’en approprie le nom ainsi que l’épopée de « vieille carcasse », de l’illustrateur Manu Larcenet. Le premier opus du trio faisait la part belle à l’univers de Larcenet, ce nouvel album : « Drifting », est quant à lui une création à la conjoncture entre les dessins de Benjamin Flao et la musique hypnotique de Blast.
Sur un fond de toile aux allures de conte intergalactique mystérieux, les dessins de Flao se créent et s’animent en direct accompagnés des claviers torturés d’Anne Quillier, des mélodies et des accents de Pierre Horckmans à la clarinette et des effets à suspense de Guillaume Bertrand aux samples et à la batterie. L’univers se dessine en parallèle entre la musique et les illustrations. L’attention est fixée sur les images mais ne peut se défaire de la musique qui les accompagne et leur donne vie au même titre que la main du dessinateur.
Les personnages évoluent au rythme de la musique, les images se rétrécissent comme le coup de pinceau s’accélère. On pourrait parler d’un quatuor tant musiciens et illustrateur jouent la même partition avec les instruments qui leur sont propres. La configuration du groupe dos au public et le peu de lumières que permet la configuration de la salle Vauban force l’auditoire à « écouter ces dessins » : tout comme les notes s’effacent, les dessins se font et se défont au fur et à mesure que l’histoire se joue. La musique se fait expérimentale comme le coup de pinceau et on joue avec les sons comme avec la matière pour prouver au public conquis que l’improvisation n’est pas qu’une affaire de jazz mais aussi de dessin. "

Claire Jalmain
www.jazz-rhone-alpes.com/190529-blast-et-benjamin-flao-a-jazz-a-barraux/



critique


Citizen jazz - le Périscope le 12 octobre 2018
Publié le 12 novembre 2018

"
Le trio Blast a convié le public lyonnais pour une soirée haute en couleur.
Pour la sortie de son deuxième album Drifting, le trio Blast a convié le public lyonnais au Périscope pour une soirée haute en couleur. Outre la découverte de ce répertoire inédit, ce fut l’occasion de dévoiler la nouvelle création scénique du trio, qui en l’occurrence s’est fait quartet.
Entre le dessin et Blast, c’est une longue histoire qui trouve son fondement dès les débuts du groupe, puisqu’il tire son nom de la célèbre BD de Manu Larcenet. Rien d’étonnant, donc, qu’en 2017, dans le cadre du Festival Lyon BD, le Périscope propose au groupe et au dessinateur Benjamin Flao de collaborer pour un concert dessiné improvisé. L’alchimie est telle que l’idée de monter un projet ensemble germe très rapidement. Reprise par le collectif Pince-Oreilles en coproduction avec le Périscope, cette création ne pouvait trouver meilleur écrin que la release party de Drifting, dont Benjamin Flao signe la pochette.
Tout converge vers l’écran où se joue le dessin : le public, mais aussi les musiciens qui semblent s’imprégner des traits du dessinateur et sont tout à la fois acteurs et spectateurs. Les courbes sont musicales, la musique est imagée et Benjamin Flao improvisateur, coloriste de Blast, à partir de vignettes mouvantes, raconte des histoires que les sonorités du trio influencent.
Musicalement, le nouveau répertoire marque une réelle montée en puissance du groupe. L’identité de Blast est là, elle a mûri. Abouti et cohérent, le propos est plus clair et direct que jamais. Les torsions sonores se résolvent en nappes mélodiques et harmonieuses. Les musiciens prennent plaisir et jouent avec une simplicité déconcertante une musique pourtant jamais simpliste. Côté technique, il ne faut pas oublier Matthieu Ribun aux manettes : il traite le son du groupe d’une manière puissante, ample, et donne aux compositions une teinte qui se démarque du travail d’Adrian’ Bourget sur Drifting. Deux approches différentes mais complémentaires.
Le public venu nombreux a été conquis par la force et la beauté de ce concert à regarder. Habilement mise en lumière par Benjamin Thielland, la musique nourrit les images qui nourrissent la musique et ce mouvement perpétuel crée une planche de bulles sonores, le temps d’une histoire du soir ; de celles qui s’impriment et restent."

Raphaël Benoit
www.citizenjazz.com/Blast-Benjamin-Flao.html



critique


CINE ARTSCENE - le Périscope le 12 octobre 2018
Publié le 17 octobre 2018

"BLAST' N' FURIOUS
La salle du périscope rue Delandine (Lyon 2) était pleine comme un oeuf, le 12 octobre 2018 pour accueillir le trio Blast venu présenter son 2ème album intitulé Drifting.
Le public jeune, mixte et enthousiaste a été subjugué par les sons hypnotiques développés par les claviers d’Anne Quillier, les clarinettes de Pierre Horckmans accompagnés de la batterie de Guillaume Bertrand. Ce concert fut en fait une véritable expérience sonore et visuelle puisque l’illustrateur Benjamin Flao a captivé l’assistance avec des dessins réalisés aux feutres et aux pinceaux et projetés en live sur un écran situé derrière le groupe.
Drifting, c’est l’errance en anglais. Les illustrations de Benjamin Flao ont embarqué les spectateurs-auditeurs dans un long voyage. Ceux-ci ont été transportés vers des territoires parfois inquiétants, tels un volcan en fusion, un bateau que l’on pense enchâssé dans une mer d’Aral aride, mais qui se transforme sous les coups de pinceaux furieux de l’artiste en des vagues déchaînés. Des personnages fantasmagoriques apparaissent et disparaissent : silhouettes en mouvement, animaux de terres désertiques, vieux indiens à la peau craquelée…
(...)
Qui rythme le concert ? Le dessin qui créé une atmosphère ou la musique qui ponctue furieusement certains coups de pinceaux ? Le trio est souvent tourné face à l’écran et découvre les formes au fur et à mesure. L’album sonne de façon complètement différente en live. Là où certains morceaux du CD étaient plutôt planants, voire lancinants, le live prend une toute autre dimension. On devient nous-mêmes des « drifters », on ressent une urgence à bouger pour marquer le rythme soutenu du magma musical qui se déroule devant nous, comme un processus ordonné.
(...)"

Patrick Ducher
cineartscene.info/blast-n-furious/



Prochains concerts

Vendredi 4 octobre 2019 à 20h30
Lieu : l' Arrosoir
Ville : Chalon sur Saône
Participation : n.c.
CONCERT DESSINÉ - BLAST X BENJAMIN FLAO
www.arrosoir.org/

11 Impasse de l'Ancienne Prison
71100 Chalon sur Saône
France
openstreetmapgoogle maps
-> google agenda-> iCal



Samedi 5 octobre 2019 à 20h30
Lieu : Emmetrop
Ville : Bourges Cedex
Participation : n.c.
Festival Bulle Berry
www.emmetrop.fr/

26 route de la Chapelle
18000 Bourges Cedex
France
openstreetmapgoogle maps
-> google agenda-> iCal



Jeudi 5 decembre 2019 à 20h30
Lieu : la Cave a Musique
Ville : Macon Cedex
Participation : n.c.
CONCERT DESSINÉ - BLAST X BENJAMIN FLAO
www.cavazik.org

119 rue Boullay BP 7
71001 Macon Cedex
France
openstreetmapgoogle maps
-> google agenda-> iCal



C'est du passé

29/05/2019
Jazz à Barraux
Barraux

11/04/2019
Legta de Quetigny
Quetigny

17/01/2019
Lycée de Challuy
Challuy

16/01/2019
Lycée de Charolles
Charolles

15/01/2019
Lycée Dannemarie
Dannemarie-sur-Crête

14/01/2019
Lycée Montmorot
Lons le Saunier

17/11/2018
le Galpon
Tournus

12/10/2018
le Périscope
Lyon

28/05/2018
le Périscope
Lyon