FR EN facebook instagram twitter bandcamp spotify vimeo youtube rss Collectif Pince-Oreilles

Blast

"the 3 musicians bring to the current musicallandscape the expression of a singular voice carries and which indicates by its clearnessand its originality…"
Yves Dorison for CultureJazz

BLAST draws his inspiration from pop music and electric jazz bands like Kneebody, James Farm, Radiohead, Jason Lindner Now vs Now, Donny McCaslin, Mehliana, Aaron Parks...
BLAST, is a breath, an explosion, the alloy of wood and the elctric one, a sinuous and unforeseeable music, where all becomes possible and from where one does not leave always unscathed

rss facebook bandcamp vimeo calendrier @

Pierre Horckmans : clarinet, bass clarinet
Anne Quillier : Fender Rhodes, Analog Synthesizer
Guillaume Bertrand : drums

+ Matthieu Ribun : sound engineering
+ Benjamin Thielland : lights

Madness Is The Emergency ExitDRIFTING

Videos

Forbidden Planet
vidéo
Extraits Live 2017
vidéo
MADNESS IS THE EMERGENCY EXIT - N...
vidéo
Polza
vidéo

Press

critique
"BEST OF 2018 #22
(...) The Blast trio of keyboardist Anne Quillier, bass clarinetist Pierre Horckmans, and drummer Guillaume Bertrand go big with every expression as they find their singularly perfect ratio of the electro-acoustic equation. (...) Blast leans more toward an organic form of modern jazz, where the heartbeat of the blues thumps with clarity.  (...)"

Dave Summer
www.birdistheworm.com/tag/blast/
critique
"The Best Jazz on Bandcamp
Everything about this album is dramatic, and that’s the source of its fun. The Blast trio of keyboardist Anne Quillier, bass clarinetist Pierre Horckmans, and drummer Guillaume Bertrand go big with every melody, and the harmonic waves that follow in their wake are rich with electronic effects and rhythm. The heavy influence of rock music is a lit match to music that was already pretty damn combustible. That said, when the trio get contemplative on “CX Diesel,” the quieter tones radiate a heat that burns just as strong."

Bandcamp daily
daily.bandcamp.com/2018/11/07/the-best-jazz-on-bandcamp-october-2018/?fbclid=IwAR3vbcOVmm_eFMk5ycakZ09HUy3Pe2OpfhEtAby4L8d6aLEiZRqIODfqyV8
critique
"On Rhodes and Moogs, Anne’s parts are rhythmically interesting and lay down the complex harmonic framework of the compositions, mostly hers and Guillaume’s. Sometimes distorted, too, the keyboards really do a lot to craft a dense atmosphere that permeates through the entire record, which hits an uncanny middle ground between contemplative and funky. It’s no surprise that both the clarinet and the percussions are also brilliant in their conception and execution, being as versatile and omnipresent as required for Drifting to be the achievement it is (and that’s quite a lot!) For the big fifty minutes it lasts, the album never fails to renew itself, present something new to the listener, or approach a concept from a different angle to keep things fresh.
(...) Keep an eye for these musicians. For this, the excellent Pince-Oreilles label will surely prove helpful. In the meantime, be sure to listen to this one and the other related albums!"

Daev Tremblay
canthisevenbecalledmusic.com/blast-drifting/
critique
"
 
The new hypnotic journey of Blast 
Blast is part of the ebullient collective Pince-Oreilles  gathering groups of the new jazz scene, current and improvised music from the Rhône-Alpes region. It is a trio with multiple influences (jazz, hip-hop, electro, pop, rock ...) who, having nothing to do in an identifiable style, explores sound materials and their singular treatments with an elaborate writing , rich in effects, distortions and sampled dialogues, weaving a link between comics and science fiction. The band's name refers to Blast, Manu Larcenet's famous black comic and his anti-hero Polza.
After a first album called Madness Is The Emergency Exit, Blast releases Drifting, recorded in November 2017 at the studio Artscène.
The three artists have a long and beautiful complicity that they exploit in various formations (...) For this second album, the trio continues its own story of Pascal Brutal, one of their favorite cartoon hero, created by Riad Sattouf. "We also offer our own vision of Forbidden planet, a great science-fiction film of the 60s that we took a particular pleasure to watch in French version, as the dubbing is funny and offbeat," says Anne Quillier. their music is narrative, sometimes funny, sometimes rough and brutal.
On stage, the group has created a new concert-draw with Benjamin Flao who plays brushes live. The meeting was held in 2017 on the occasion of the Lyon BD Festival. "It was magic," explains Guillaume Bertrand, "his drawings fell on the edge of our feelings, we developed the same language". Since then, the designer is indispensable to the design of the Blast repertoire. "We really do a strong trick to four, each time it goes further ... We draw as much inspiration from Benjamin's drawings as he is inspired by our music". The sound engineer and sound designer Adrian' Bourget did a real job of production and artistic direction on Drifting. "We left him carte blanche, specifies the drummer, it's like a fourth musician of the group". "We have been far on the work of sound, we searched, dug many tracks on each piece, to find the effect, the right intention for each story," adds the pianist."

Catherine Carette
www.fip.fr/actualites/le-nouveau-voyage-hypnotique-de-blast-34226
critique
"ALBUM 4 STAR JAZZ MAGAZINE
Novelty. Emblematic of this new generation of jazz musicians who turn their ears, without preference, on the side of pop, hip-hop and rock ... One would be tempted to say about "Drifting" that it evokes some of these psychedelic music that favor still starts. Something of the order of an imaginary journey as well as Fred (the creator of Philemon) and Henri Michaux (the poet of the Space of the inside) were able to propose it. Moreover, this particularly open jazz record remembers the memory of Gong (Camembert Électrique) and Henry Cow, and his boldness is never far removed from the liberties of Carla Bley. The work is certainly open, but above all sensitive and supremely addictive."

Guy Darol
www.pressreader.com/france/jazz-magazine/20180831/282892321525542
critique
"Anne Quillier is in Action Jazz Magazine : http://fr.calameo.com/read/00289603908fe76fb9f12"

Annie Roubert
fr.calameo.com/read/00289603908fe76fb9f12
critique
"The room is crowded and it's nice because this group is one of the revelations of recent months. Taking its name from Manu Larcenet's series of Comics, the trio takes the audience into their world of contemporary sounds, rhythms sometimes complex, always catchy. The music knows how to take breaths to better carry you in a tense crescendo led by the battery or keyboards. Their record was a discovery, this concert is the confirmation: Blast is to discover all ceasing cases."

Julien Gros-Burdet , Nicolas Dourlhès
critique
"Une entame qui fait penser au Blues For Dracula de Philly Joe Jones, avec cette stupéfiante contrefaçon de la voix de Bela Lugosi (acteur principal du célèbre film de Tod Browning) effectuée par le batteur lui-même ! Ce qui suit ne manque pas non plus de forte et brûlante intensité, et se centre ici sur les textes et les dessins de la célèbre bande dessiné de Manu Larcenet, avec au final un très bel hommage aussi au Pascal Brutal de Riad Sattouff.
Car un nouveau chapitre s'est ouvert dans la thématique "Jazz et bande dessinée", auquel Pierre-Henri Ardonceau (spécialiste - parmis d'autres - de cette thématique) sera certainement très sensible. Car ce n'est plus l'oeuvre littéraire et graphique qui se sert du jazz - ou de la vie des musiciens - comme prétexte, mais l'inverse. La culture contemporaine est en pleine familiarité avec la BD, et ce sont les musiciens qui se servent d'elle comme texte (ou prétexte) à construction musicale. Cela dit, on ne cherchera pas à situer les connexions de façon plus précise que dans d'autres cas, puisqu'on sait que le passage d'un registre à un autre dans le champ des arts reste une question ouverte, délicate et non résolue.
Soit donc un trio de forme classique depuis qu'Omer Simeon (cl), Zutty Singleton (dm) et Sammy Price (p) en ont exploré les possibilité de l'époque, au détour des années 50. Evidemment, comme on est en 2016, même si la forme instrumentale reste la même (claviers, clarinettes, batterie) le contenue musical change : entre épisodes calme et crescendos énergiquement menés, entre volubilité mélodique et propulsion rythmique, sons de Fender en folie ou délicats ornements de petit piano, c'est un monde qui se dévoile, tour à tour angoissé, inquiétant, crispé, affolant, et puis soudain plus calme si ce n'est résigné, pour aller vers l'ironie amère de la conclusion : "Dans cette société vieillissante qui retourne vers la nuit, les pectoraux de Pascal (Pascal Brutal, héros de la BD de Riad Sattouf) seront les dernières choses à briller quand tout sera éteint". Et là dessus, le son de la moto s'interrompt.
Un très beau disque-concept, qui fait parfois penser à la façon dont Gainsbourg construisait les siens, et qui illustre la vivacité du "Collectif Pince-Oreilles" dont les musiciens ici en jeu sont des membres actifs. À suivre de près, et si possible à écouter d'urgence en concert."

Philippe Méziat
www.citizenjazz.com/Blast.html
critique
"(...) Le groupe Blast (...) tire son nom de la bande dessinée et montre l’attachement des musiciens à Manu Larcenet. Les titres des morceaux sont des références à l’œuvre du dessinateur, où à l’environnement artistique dont il est issu, notamment la revue Fluide Glacial. La musique, quant à elle, explore l’univers sombre et inquiétant de la série, basée sur le récit dérangeant d’un homme perdu ayant commis un crime et s’en expliquant durant sa garde à vue, avec une glaçante lenteur.

(...)  Le son est beaucoup plus rock, choix esthétique qui favorise la mise en son d’atmosphères obscures, anthracites, que relayent les compositions nuageuses. Cependant, comme une sorte d’optimisme voilé émane de la bande dessinée, une énergie positive finit par émerger de ces morceaux, où la limpidité des clarinettes apposées sur les sons gras et métalliques du Rhodes rappellent souvent le contraste entre la clarté des propos de Polza Mancini, le personnage principal de la bande dessinée, et la noirceur ou l’étrangeté de son histoire.

Les rythmes binaires et fiévreux de Guillaume Bertrand sont çà et là appuyés par des lignes de basse jouées au Moog. La musique, loin d’être dépourvue d’éléments mélodiques, tend tout de même à orienter ses développements vers l’intensité, voire la saturation, comme le montre la longue montée en puissance sur « Polza » ou la tension qui règne sur « Human Being ».

L’expression collective reste régie par le rythme, mais au sein de ces développements  relativement linéaires (le propos n’est pas de déconstruire ou de favoriser la suggestion, mais bien de tendre la musique jusqu’à lui donner une dimension dramatique palpable), la liberté reste d’actualité. Les trois musiciens proposent beaucoup, intéragissent. Les motifs sont travaillés à chaud et le Rhodes comme la clarinette peuvent tout aussi bien s’exprimer en soliste qu’en élément structurel. Les solos ne sont d’ailleurs pas envisagés comme une fin en soi, et contribuent plutôt à apporter de la diversité, dans le vocabulaire comme dans la lumière qu’ils portent sur les thèmes et ambiances. (...)"

Olivier Acosta
www.mozaic-jazz.com/2016/01/blast-madness-is-emergency-exit.html
critique
"Comme leurs voisins lyonnais de Polymorphie (voir plus loin parmi ces kronik express), Anne Quillier (elp, moog, comp), Pierre Horckmans (cl, bcl, comp), et Guillaume Bertrand (dm, sample, comp) recourent au texte récité, mais de façon moins organique et plus ponctuelle, avec une écriture plus narrative et plus ouverte, plus improvisée, bien qu'avec une syntaxe relevant là encore du minimalisme. Laissant s'y développer des lignes mélodiques mettant en mouvement ce qui ne serait autrement que pures ambiances. À suivre."

Franck Bergerot
critique
"Il y a quelques mois, Anne Quillier nous avait enchantés avec son sextet acoustique et un premier album, "Daybreak", petit bijou d'inventivité dont on avait pu apprécier la force en live. Elle revient aujourd'hui en trio, armée de son Fender Rhodes et d'un moog, accompagnée de deux de ses brillants acolytes du sextet, Pierre Horckmans (cl, cl basse, effets) et Guillaume Bertrand (bat, sampleur), dans un répertoire beaucoup plus électrique.
Hormis "les eaux lourdes", très belles composition de Corentin Quemener, ils se partagent huit titres, souvent turbulents, trempés dans une potion magique, dont leur jazz mutant ressort tatoué de rock, de pop et d'une bonne dose d'électro. Ils se sont inspirés de la célèbre série de bande dessinée de Manu Larcenet, où le héros, homme de peu fort imposant, part à la recherche du "Blast", "instant de perfection où il parvient à voler". Une poésie bizarre et mystérieuse se dégage de tous ces morceaux, portés par un tempo souvent assez speedé, et pigmentés d'inserts de voix inquiétantes sur certains titres, Martin Chastenet sur "Polza" et Olivier Inebria sur "song for Pascal (Brutal)". On citera aussi d'autres thèmes à l'atmosphère singulière, comme "Oppress", "Alambic" et "Human being", où Rhodes, clarinette et batterie construisent note après note une esthétique neuve à la beauté autère.
Le groupe est très soudé et se lâche carrément par moment, ne bridant jamais son plaisir de jouer. C'est réjouissant et diablement rafraîchissant! On souhaite qu'au final, le trio ne parvienne pas trop à maîtriser ce nouveau pur sang, pour qu'il continue à traverser  sans visa les frontières du jazz, et aille galoper sur des sentiers tout neufs. 
L'énergie de Blast est salutaire, elle nous donne aussi l'envie de s'envoler."

Dom Imonk
fr.calameo.com/read/00289603975b70ed7bd78
critique
"Blast. Trio electronico-acoustico-musical. Notez bien le dernier terme de la trilogie, ce n’est pas si souvent. Anne Quillier, Fender Rhodes, Moog basse,Pierre Horckmans, clarinettes, effets, Guillaume Bertrand, batterie, effets, le compose.

Des compositions d’abord. Un ensemble homogène bien qu’il puise son inspiration à diverses sources, qui lorgne en permanence sur l’essentiel grâce à une écriture qui ne recherche pas la complication inutile, ce qui permet à l’auditeur de pénétrer l’univers du trio. Des histoires ensuite. Et ces musiciens-là savent les raconter car ils n’ignorent pas le chant propre à la mélodie et son lyrisme intrinsèque. Si la modernité urbaine est leur décor, elle n’existe pas sans la présence de personnages qui lui donnent sens. D’un morceau l’autre, le jeu d’équilibre entre les couleurs est subtil et l’on est captivé. Assez rare pour être signalé. Que ce soit avec ce trio ou son sextet acoustique, Anne Quillier (et ses musiciens) apporte au paysage musical actuel l’expression d’une voix singulière qui s’oppose à l’affadissement ambiant, une voix qui porte et qui dénote par sa clarté et son originalité.
Humain, trop humain, écrivait le vieux Friedrich. L’humain, le genre de truc auquel on n’a pas envie de renoncer dont on veut connaître la fin (alors même qu’on sait la détester). C’est également ce que nous recherchons en musique. Et l’effet de souffle (blast en anglais) n’est pas forcément mortel. Il peut être salvateur. Il suffit d’ouvrir les fenêtres tant qu’on est vivant. Après, c’est une autre histoire. On passe notre tour pour l’instant, si vous n’y voyez pas d’inconvénient. Blast !
A suivre..."

Yves Dorison (Rédacteur, photographe, collaborateur de CultureJazz.fr)
culturejazz.fr/spip.php?article2586

Pictures